Enfant, aller au Musée des beaux-arts était une des sorties scolaires incontournables. Un de mes souvenirs porte sur un sondage qui aurait fait concernant l’un des tableaux. Assis devant « Une jeune nancéienne sous la neige », on nous avait demandé de déterminer s’il s’agissait de peinture ou de photographie. Et la plupart des petites têtes blondes sont tombées dans le panneau …

Bientôt l’exposition Friant fermera ses portes. Ce fût un événement pour Nancy que de réunir les tableaux d’un peintre aussi talentueux et apprécié. En effet, notre célébrité locale émerveille par sa vision naturaliste et surtout avant-gardiste poussant la précision de ses tableaux à l’extrême. Les jeux de la précision et de la lumière sont tels qu’on pourrait croire qu’il s’agit de photographies.

Une autre caractéristique de ce peintre est sa vision cinématographique, sa manière de capturer le mouvement. Friand peint en particulier des paysages locaux, qui sont toujours près d’un siècle et demi plus tard, reconnaissables. Vous voyez un pont, une porte, une maison ? Prêtez donc bien l’œil dans Nancy en vous demandant si ce lieu n’existe t’il pas toujours dans le même état . 

 C’est plus précisément grâce à son tableau « La Toussaint » qu’est du son succès. On aurait l’impression de voir les personnages en face de nous avancer jusqu’au cimetière de Nancy. S’instaure une véritable vision du rite familiale imposant à une petite jeune fille de donner la charité à un mendiant. La coutume en autre veut qu’un jour de Toussaint, on arbore de beaux vêtements noirs et que l’on se rende sur les tombes de nos défunts pour les fleurir. Plus qu’un simple tableau d’une scène de Toussaint, Friant impose entre autre une vision sociale sur les convenances de son époque face à la pauvreté.

Si vous voulez en apprendre davantage sur ce peintre, je ne peux que vous conseiller d’approcher une autre personnalité de Nancy : Philippe Claudel, écrivain, réalisateur et académicien Goncourt. On retrouve de nombreux hommages dans ses travaux de recherche, dans ses films. Claudel, très grand admirateur de Friant, n’a pu en effet s’empêcher de lui faire un clin d’œil au travers de son œuvre. C’est dans le film Il y a longtemps que je t’aime, tourné exclusivement à Nancy, qu’une scène en particulier s’arrête sur le tableau intitulé «La douleur» en écho avec l’histoire de la principale protagoniste. Sinon, il est facile aussi de se procurer Au revoir Monsieur Friant, oeuvre assez courte retraçant les souvenirs de Claudel, les images de son enfance en Lorraine et les tableaux de notre peintre bien aimé.

Nous avons donc énormément de chance à Nancy de renfermer un tel trésor en conservant une importante collection des œuvres de Friant, et notamment ses œuvres les plus reconnues. Si vous cherchez une activité pour le week-end prochain, allez donc clore cette exposition. Et si par malheur, vous n’en avez pas le temps… Sachez au moins que nous détenons, au Musée des beaux-arts de Nancy, une part majeure de sa collection et qu’elle est exposée dignement.