Sortie le 31 mars, Netflix nous a offert après les succès de Stranger Things, The Crown ou The OA, une nouvelle série à succès : 13 Reasons Why.

Cette série s’inscrit certes dans une lignée, héritière de la renommée de sa chaîne de diffusion d’origine Netflix.. Mais il s’agit en vérité de bien plus qu’une énième série divertissante qui va occuper vos soirées ou vos nuits. 13 Reasons Why a connu ce que l’on pourrait nommer « l’effet d’une bombe ».

IMG_9888

*attention spoilers*

J’ai avalé les 13 épisodes en près de 3 jours. A la fin, je me trouvais réellement dans un état second, avec cette envie d’en parler. C’était comme si j’avais reçu un choc et ouvert les yeux sur un pan très grave de notre société. Et quand je parle de société, il s’agit d’entendre par là, les conséquences de l’arrivée de la technologie et le relâchement d’une éducation stricte sur la génération dans laquelle je suis inscrite. Ici, on observe le comportement de la société, et des jeunes plus particulièrement en 2017.

Au départ, il s’agit surtout d’un roman pour adolescent. On a tous en tête des titres qui ont fait l’unanimité auprès de la jeunesse. Citons par exemple, Nos étoiles contraires qui a crevé l’écran avec le récit d’une histoire d’amour entre deux jeunes cancéreux. Cependant, le roman de Jay Asher a su se démarquer par son thème atypique, et surtout avec sa justesse dans le traitement d’un sujet qui préoccupe désormais nos quotidiens et dont on ne parle que trop peu. En somme, ce roman détonne et interpelle les jeunes lecteurs

Puis les droits du livres ont été cédé pour une adaptation en série TV. Et c’est la très célèbre Selena Gomez qui s’est trouvé à la direction et réalisation d’un tel projet. Désormais, l’ancienne égérie des studios Disney sait dépasser son image de jeune adolescente. La jeune femme explore tous les pans artistiques tels que la musique, le cinéma, et depuis peu la réalisation. Et nous pouvons dire que pour une première, elle accomplit avec brio sa mission.

Parlons désormais du suicide, qui est le thème principale dans cette série. L’héroïne Hannah Baker laisse avant de mourir des cassettes, soit 13 raisons qui expliquent pourquoi elle a commis ce geste. Nous comprenons peu à peu qu’il s’agit non pas d’un événement en particulier, d’un mal-être soudain et d’une décision irréfléchie, mais d’une agrégation de facteurs tels que le harcèlement, la marginalisation, la solitude. Ces facteurs sont coutumiers du quotidien des adolescents de nos jours malheureusement. Tous assemblés bout à bout, nous ne pouvions pas deviner que cela pousserait l’héroïne à se suicider, et pourtant c’est un concours de circonstance. Elle décide de mourir car personne ne la comprend, ou semble s’intéresser réellement à elle. (ou presque.. ). A l’exception de son camarade Clay, l’autre héros de la série, Hannah ne trouve de soutien en personne. Elle ne parvient même plus à faire confiance à ce garçon qui lui porte une affection si profonde. Ce n’est pas suffisant pour guérir ses blessures. Elle en viendra même à lui reprocher de ne lui avoir pas avouer ses sentiments. En somme, Hannah est seule, et décide seule de quitter la vie. 

             

IMG_9881

            Toi qui comme moi a avalé cette série, je suis certaine que tu t’es rué sur Google pour en savoir plus, pour connaitre encore plus de détails. J’ai cherché à savoir quel était l’impact de cette série sur autrui, ce que les gens en ont pensé. Et aussi curieusement que cela puisse paraitre, des langues se sont déliées sur ce sujet… Des adolescents, des adultes se sont peu à peu exprimés non pas sur la série mais sur leur expérience personnelle…. Parler, en parler fait du bien. Partager pour ne pas être seul.

De nos jours, les réseaux sociaux peuvent être très critiqués car on y dévoile une part de nos vies privées certes, mais dans le cas de 13 Reasons Why, on peut dire que les conséquences ont été plus que bénéfiques. En effet, le compte Twitter France de la série publie tous les jours de nouvelles histoires, des messages anonymes. Toutes ces personnes se retrouvent en Hannah. Mais encore plus que cela, la série fait aussi prendre conscience que nous aurions tous pu être celui qui a conduit une Hannah à commettre l’irréparable. Il suffit d’une parole, d’un regard, d’un geste déplacé et tout bascule.

Cette série permet donc une véritable prise de conscience. Et ce n’est pas uniquement grâce à la pertinence d’un tel sujet tel que le harcèlement ou le viol. On peut y percevoir également dans cette série l’agencement d’une dimension à visée divertissante. En somme, cette série nous parle car elle est attachante, bien tournée. Mais elle a aussi la faculté d’interpeller, voire de déranger. Le téléspectateur, face à une scène de viol, de suicide est mis en face de ce qui est malaisant. Nous sommes donc obligés de nous sentir mal, de nous sentir coupable aussi en quelque sorte car même si dans le cas de Clay impuissant pour ramener son amie, nous prenons conscience que nous aurions pu agir dans un cas similaire.

Est donc ouvert un véritable débat de société qui inclut l’effet des médias, l’éducation de « l’enfant-roi » qui se croit tout permis. Il est vrai qu’aujourd’hui qu’au regard des réseaux sociaux et de la technologie, nous sommes face à l’inconnu. Peut-on devancer et maitriser cette génération Z qui progresse à 100/h avec la technologie ?

D’autre part, plus que le harcèlement moral qui est devenu un fléau chez les adolescents, il y a l’évocation de la question du viol qui est sujet bien plus féministe, plus profond. De quel droit un jeune homme peut il décider oui ou non de toucher une jeune fille sans son consentement ? La série met l’accent d’autant plus sur ces trois petits mots qui ont une importance primordiale, voire essentielle « es tu d’accord ? ». C’est toute la différence entre un jeune homme comme Clay, qui reste respectueux avec sa partenaire, et le personnage de Bryce qui avec ses instincts grégaires, ne se posent même pas la question, laisse parler ses pulsions et abuse de deux jeunes filles dans la série. 

13 Reasons Why est une série complète qui pousse à la réflexion, au débat dans la société dans les groupes de jeunes, dans les classes, dans les conversations entre adolescents et parents.